C'est plutôt réussi comme reboot

Et voilà, Samuraï Warriors 5 est disponible sur PC, PS5, PS4, Xbox Series, Xbox One et Nintendo Switch depuis le 27 juillet dernier. J’ai eu l’occasion de jouer et de bien doser ce cinquième opus qui est une suite mais pas que, c’est aussi et surtout, un reboot de la saga. C’est toujours développé par Omega Force et édité par Koei Tecmo, ça ne change pas, en revanche, on est face à un jeu qui a eu le droit à un p’tit lifting graphique, je t’en parlerai tout à l’heure. J’ai testé la version Nintendo Switch, celle qui m’intéressait le plus, et c’est enfin le moment de tout te dire. Samuraï Warriors 5, ça switch ou ça switch pas ? Voici ce que j’en ai pensé !


Mais le 5 c’est pas la suite du 4 ?

Que la guerre commence

Oui, enfin non pas vraiment. Alors oui, il s’appelle Samuraï Warriors 5 mais ce n’est pas véritablement une suite. On est face à un reboot du premier volet sorti il y a maintenant 17 ans, qu’est-ce que ça ne nous rajeunit pas tout ça. Bah alors pourquoi il s’appelle Samuraï Warriors 5 si ce n’est pas la suite de Samuraï Warriors 4 mais Samuraï Warriors 1er du nom ? J’sais pas laisse moi tranquille wesh. Bref, donc dans Samuraï Warriors 5, on y raconte l’histoire, enfin les histoires de Nobunaga Oda ainsi que celle de Mitsuhide Akechi. Ce sont deux personnages phares de la série Samuraï Warriors toi-même tu sais, sauf que là, on les voit au tout début, plus jeunes, plus frais que jamais quoi. Globalement, ça parle de quoi ce Samuraï Warriors 5 ? Pas de surprise, ça se déroule au Japon tu t’en doute, dans l’ère Sengoku (entre 1450 et 1600), période ou le pays passe du médiéval à la modernité.

Nobunaga Oda, ce bg

Deux protagonistes qu’ont une histoire différente mais à la fois commune, et on va suivre tout ça avec au programme de la bagarre, de l’amitié, de la vengeance, des clans, de la guerre, de l’amour, tu connais les bails. C’est une totale découverte pour moi ce reboot, je n’avais pas fait l’épisode à l’époque. Et pour le coup j’ai vraiment aimé l’intrigue et ce que nous raconte le jeu. Même si ça ne casse pas trois pattes à un canard hein, on commence à être habitué au style de narration d’un warriors, quand il y en a haha. Mais ça se laisse découvrir, les personnages sont attachants (dans l’ensemble), et ça a le mérite de parler de choses vraies, avec quelques libertés, donc le voyage au pays nippon est garanti et immédiat !


Un p’tit coup de jeune ma chéwie

C’est vrai qu’il est beau ce jeu ♥

C‘est ce qui m’a donné envie d’y jouer pour être honnête, c’est cette nouvelle direction artistique. Eh ouais, il y a comme du changement dans l’air, un peu de dépoussiérage, ça ne fait jamais de mal. Surtout après autant de temps, c’était limite indispensable toi-même tu sais. Samuraï Warriors 5, c’est donc un nouveau style graphique, un p’tit côté cell-shading du plus bel effet. Avec de gros contours noirs, de beaux effets de lumière, une approche plus cartoon mais en gardant du réalisme que ce soit dans les décors mais aussi au niveau des personnages. Et pour le coup, ça fait grave plaisir et ça fait le job. En tout cas, je survalide à fond cette nouvelle identité visuelle, 10/10.

On valide fort le cell-shading

Techniquement, ça fonctionne pas mal sur Nintendo Switch, c’est pas la claque visuelle, mais le cell-shading apporte vraiment sa p’tite touche personnelle, et c’est très agréable. C’est fluide, que ce soit en mode télé ou en mode portable. En revanche, eh oui, il y a quand même de l’aliasing, du popping, et tout ce qui se termine en ing. J’ai trouvé aussi que les temps de chargement étaient assez longs, et puis le mode 2 joueurs rend la visibilité dégueulasse en mode télé. La map est trop petite, graphiquement c’est moins joli forcément, pas trop kiffé pour le coup. Sinon pour le reste, ça tourne niquel, toujours fluide, le cell-shading fait vraiment son effet, un peu cache misère de la technique, mais fait son effet quand même.


Et ça se joue comment sinon ?

Coucou, tu veux voir ma lance ?

Tu ne sais pas ce qu’est un Musou ? Ne t’en fais pas va, tu es au bon endroit. Le plus important dans un jeu tel que Samuraï Warriors 5, c’est son gameplay ! En gros, tu sélectionnes ton personnage, il dispose d’une attaque rapide, d’une attaque plus puissante. Tu peux ajouter à ça des bonus sur les armes, des bonus spéciaux à activer comme un boost de puissance, de vitesse etc… Et une fois que t’es ready, tu fonces dans le tas, et tu défonces tout sur ton passage ! Dans les grandes lignes c’est ça, même si c’est plus subtil quand même haha. Le but d’un Musou c’est de vaincre des vagues d’ennemis, mais aussi de prendre le contrôle du champ de bataille et de marquer son territoire ! Et ce qui est cool c’est que chaque personnage à son gameplay et une façon différente d’attaquer. En plus tu peux te balader à cheval et même lancer de grosses attaques spéciales méga stylées, ça tue.

 

Ce qui l’est moins, c’est qu’un Musou peut vite devenir redondant suite à la répétitivité du gameplay. Oui, taper sur tout ce qui bouge, bon, on fait vite le tour. D’ailleurs petit conseil, si tu ressent une certaine lassitude, n’hésite pas à changer de personnage ou d’armes si c’est possible afin d’apporter un peu de fraicheur. Sinon côté difficulté, bah j’ai pas vraiment eu de soucis, j’ai un peu roulé sur le jeu. En même temps avec des ennemis qui limite ne bougent pas et attendent que tu les butes, bon, on repassera haha. C’est un style qui ne plait pas à tout le monde, en tout cas c’est un excellent défouloir, faut essayer !


Du contenu ? Oh bah tu vas en avoir

La rejouabilité est grande, avec ce système de notes

Samuraï Warriors 5 est bourré de contenu, c’est d’ailleurs très souvent le cas dans des jeux de ce style. Dans un premier temps, tu as le mode Musou, le mode histoire quoi, tu vas suivre l’histoire des deux personnages principaux, l’une se bouclera en 15h/20h à peu près sur 6 chapitres, l’autre est moins longue. Plus tu vas avancer dans l’histoire, plus tu vas débloquer des équipements mais aussi et surtout, de nouveaux personnages qui seront jouables par la suite. Ensuite, tu as le mode Citadelle, qui est complémentaire au mode Musou. Dans celui-ci, tu vas améliorer ta citadelle via plusieurs parties, le Dojo, la Forge ou encore l’Écurie. Chaque module te permet par exemple, d’améliorer tes armes, acheter des accessoires, des chevaux, ou encore des parchemins. J’disais que le mode Citadelle était complémentaire au mode Musou tout simplement parce que pour progresser dans le mode classique, tu es obligé de passer par celui-ci.

Moins de persos que l’opus précédent

Combien de personnages jouables d’ailleurs ? C’est une très bonne question dit donc. Il y en a 27 au total ! 21 déjà existants dans les précédents opus et 16 nouveaux ! Je me suis renseigné et askip, c’est pas fou fou comme nombre. Dans l’épisode d’avant, il y en avant une cinquantaine ! Bon perso ça me va très bien, c’est déjà pas mal, et puis c’est pas parce que c’est plus grand que c’est mieux d’abord, enfin, ça dépend de quoi on parle…


Conclusion : très classique mais ça fonctionne

C’est plutôt réussi comme reboot

Résumons un peu mes impressions sur ce Samuraï Warriors 5. C’est un jeu avec une belle durée de vie, t’as plein de missions et de modes différents. J’aime beaucoup la nouvelle direction artistique, j’ai toujours été fan du cell-shading (Okami, The Wind Waker tmtc) et ça le fait de fou dans un jeu qui respire avec amour le Japon. Les personnages sont réussis dans l’ensemble, que ce soit les histoires mais aussi les styles et les caractères de chacun. Et côté gameplay, on est sur du pur Warriors, rien de révolutionnaire, ultra classique et c’est un style qui peut apporter une certaine répétitivité. Sinon, surpris par la version Nintendo Switch, c’est fluide, ça ne rame pas, bon c’est pas super détaillé, ça pop de partout, mais ça a le mérite d’être plaisant à jouer tout de même sur cette bécane. Si tu as une PS5 ou une Xbox Series, c’est peut-être mieux de choisir cette version, mais je te rassure, le jeu fait aussi le café sur Nintendo Switch, tu peux y aller sans soucis !

Tu kiffes toi les Musou ou pas ?

Tu veux réagir avec Facebook ?

Tu veux réagir avec Wordpress ?

%d blogueurs aiment cette page :