Il est temps de vous donner mon avis concernant la dernière aventure horrifique de Frédérick Raynal (Alone in the Dark) : 2Dark. Survival Horror old-school, mais aux idées de gameplay bien modernes, 2Dark est un titre qui mélange la nostalgie des premiers jeux de frissons à ceux d’aujourd’hui, et ce avec brio. J’ai joué quelques heures à ce titre que j’attendais avec impatience, dans le noir pour être complètement dans l’esprit du jeu, avec quand même une petite bougie pour éclairer mon salon pour ressentir pleinement l’expérience 2Dark. Je vous rassure tout de suite, je ne suis pas maso, mais quand je joue à un survival-horror, j’aime être dans de « bonnes » conditions voyez-vous. Et puis, si c’est pour flipper, autant le faire bien n’est-ce pas ? Bref, voici mon test du jeu, si vous l’osez bien évidemment !


En rouge et noir…

Et hop, une musique dans la tête, rien que pour vous les amis, désolé haha. En revanche, le rouge et le noir seront clairement les deux couleurs principales du jeu. Le rouge pour le sang, évidemment, et le noir pour l’obscurité, omni-présent dans le jeu. Pour revenir au début du jeu et vous expliquer un peu l’histoire, on incarne Smith, qui est un ancien détective malheureusement sous le choc après une découverte macabre. Lors d’une sortie camping en famille, Smith tombe nez à nez sur le cadavre de sa femme. Et si ça ne suffisait pas, ses 2 enfants se sont fait kidnapper sous ses yeux quelques secondes après. Quand le moment de détente se transforme en cauchemar, voici la base de l’histoire de 2Dark. Pas vraiment dans la gaieté, c’est clair. 7 ans après ça, notre héros est toujours dans une sorte de dépression, n’arrive pas à comprendre et tente de connaître les réponses aux questions qu’il se pose. Ne voulant pas se laisser aller et souhaitant être utile, il tente de résoudre une sombre affaire qui touche en ce moment la ville de Gloomywood : des enlèvements d’enfants… Tiens donc, comme c’est étrange. Partons menez l’enquête détective !


J’éxilerai ma peur…

Parlons peu, parlons gameplay ! 2Dark est un survival-horror Die & Retry aux allures très simplistes, mais assez exigeant. Je dois avouer que j’ai eu beaucoup de mal à trouver mes repaires et mes marques dans la façon de jouer à ce titre. C’est seulement après quelques longues minutes que j’ai enfin pris connaissance de toutes les possibilités, et dieu sait qu’il y en a. Dans ce jeu, vous pouvez jouer de la manière dont vous voulez, en mode discret, en mode bourrin, faites comme vous le voulez. En revanche, n’oubliez surtout pas de bien faire attention aux moindres recoins, car le jeu est assez punitif, prenez le temps de bien sauvegarder avant, en fumant une bonne cigarette. Dans 2Dark, l’exploration sera la base même du jeu, il faudra donc retrouver les enfants disparus avec vos propres moyens : bougie, lampe torche, briquet, barre de fer… Un arsenal qui évolue au fur et à mesure du jeu, qui s’agrandit et s’étoffe. En plus d’être un Die & Retry, 2Dark à une allure de Point’n’Click que j’apprécie fortement. Adorant ce style de jeu, j’ai beaucoup aimé cette vision du jeu en cherchant divers objets cachés un peu partout, actionner des mécanismes et j’en passe. Beaucoup de possibilités dans ce jeu, que ce soit au niveau de l’inventaire, que je trouve, assez difficile à gérer dans un premier temps, que dans les actions possibles de notre héros. Un survival-horror old school certes, mais que dans le style.


 Une ambiance glauque, digne d’un polar

Vous me connaissez maintenant, dans un survival horror, ce que j’aime le plus, c’est l’histoire et l’ambiance. Il faut que ça me parle, que ça me touche et que je soit entièrement impliqué. Et celle de 2Dark, en plus d’être hyper prenante, elle est ultra angoissante… J’adore ça. Digne d’un polar, c’est le cas de le dire, on est de suite plongé dans cet univers sombre et sanglant. On regarde partout, dans tous les recoins, peur de voir quelque chose surgir dans l’ombre. Et ce style graphique, que j’affectionne tant, rehausse encore plus cet aspect de frisson. Dans une époque ou les survival-horror reste dans du réalisme, dans un style photo-réaliste plutôt, 2Dark lui se démarque, par ces pixels, ce style un peu cartoon qui fonctionne du tonnerre. Certains n’accrocheront sans doute pas, ça ne plait pas à tout le monde c’est sur, mais il a le mérite de faire différemment, et c’est tout à son honneur. Dans le fond, 2Dark dispose d’une narration minimaliste, pas besoin de longs discours, de longues cinématiques pour comprendre le synopsis du titre. C’est à nous de comprendre via les indices, les quelques phrases des personnages, pour afin avoir le fin mot de l’histoire. Préparez vos couches, car vous risquez d’en changer régulièrement… Bravo Frédérick Raynal, c’est mérité ! Pour vous le procurer : 2Dark, Edition Limitée !

Oserez-vous plonger dans le noir les amis ?

 

Tu veux réagir avec Facebook ?

Tu veux réagir avec Wordpress ?

%d blogueurs aiment cette page :