Un de mes coups de cœur de 2018

Et voilà, après 90h de jeu, c’est fait, j’ai terminé Octopath Traveler, ce jeu qui m’a accompagné durant deux mois entiers. Disponible depuis le 13 juillet dernier, en exclusivité sur Nintendo Switch, le titre de Square Enix ne laisse personne indifférent. Certains ont adoré, d’autres non, chacun à son avis sur la question. Je me range vers le premier camp, Octopath Traveler fait partie de mes meilleures expériences vidéo-ludiques de cette année 2018, rien que ça. J’avais très hâte de partager ce test avec vous les amis, afin de vous dire pourquoi j’ai autant aimé le jeu. Octopath Traveler, pourquoi faut-il absolument y jouer ? Et bien voici ce que j’en ai retenu, je vous souhaite une bonne lecture !


Un JRPG aux graphismes old-school sublimes

Absolument divin

Première chose que j’avais constaté lors de la démo d’Octopath Traveler et ensuite sur le jeu final, c’est la beauté de ses graphismes. Les développeurs ont choisi un style rétro 2D/3D du plus bel effet. C’est juste magnifique les amis, Octopath Traveler arrive à nous surprendre de nombreuses fois par ses effets d’ombre et de lumière, je suis totalement fan de cette direction artistique. Le mariage parfait entre le pixel art et les graphismes d’aujourd’hui. Vous allez en prendre plein la vue. Que ce soit en plein désert, en montagne, dans une grotte ou sur une plage, Octopath Traveler arrive à coup sûr à nous séduire visuellement, du grand art. Il suffit vraiment de quelques instants pour comprendre à quel point les développeurs sont talentueux, les décors sont bien détaillés, de la petite pierre sans importance qui ressort du décor aux effets d’ombre des nuages sur le sol, franchement c’est sublime. J’ai kiffé ces voyages notamment grâce à cette direction artistique, merci Square Enix pour cette originalité.

De jolis coins vous attendent…

8 héros, 8 histoires, 8 univers

8 personnages au total, 8 histoires différentes

Ils se nomment Ophilia la prêtresse, Cyrus l’érudit, Tressa la marchande, Olberic le guerrier, Primrose la danseuse, Alfyn l’apothicaire, Therion le voleur et H’aanit la chasseuse. Prenez chaque première lettre de leurs prénoms pour obtenir OCTOPATH. Tu le savais déjà ? Non ? Et bien tu dormiras moins con ce soir haha. Huit personnages dans Octopath Traveler, 8 histoires à découvrir. Chaque histoire possède 4 chapitres, donc un total de 32 chapitres, à découvrir dans le sens que tu le souhaites. C’est d’ailleurs un point que j’ai particulièrement aimé dans le jeu, le fait d’avoir la possibilité de « construire » l’ordre des histoires que l’on veut. J’ai commencé par Primrose, qui est mon gros coup de cœur du jeu, j’avais adoré son premier chapitre, que j’avais dévoré lors de la première démo, alors c’était naturel de commencer par elle. Et puis ensuite, c’est comme on le souhaite. J’ai préféré faire tous les premiers chapitres avant de me lancer dans les second, afin que l’immersion soit totale. Et j’ai adoré ça. Concernant les sujets évoqués dans les histoires d’Octopath Traveler, on est loin de ce qu’on peut voir habituellement dans ce style de jeu.

L’histoire de Primrose, ma préférée

Habituellement dans les JRPG les sujets sont souvent les mêmes, l’amitié, l’amour, la vengeance, des adolescents qui doivent sauver le monde d’une éventuelle catastrophe… Je vulgarise un peu la chose mais c’est un peu ça quand même. L’amitié, l’amour et la vengeance sont aussi des points que l’on retrouve aussi dans Octopath Traveler mais pas seulement. On parle aussi de sexe, de prostitution, de mort, de sorcellerie, de meurtre, et d’un tas d’autres sujets aussi joyeux les uns que les autres. Des thèmes matures, des histoires originales, qui surprennent parfois à la première lecture, mais qui sont très bien racontées dans Octopath Traveler. J’ai trouvé ça fantastique. Bon, selon le personnage vous aurez vos préférences, certaines histoires vous plairont plus que d’autres, comme le caractère et la personnalité des personnages proposés, c’est tout à fait normal. Mais globalement, j’ai trouvé que la narration du jeu était fabuleuse. Le travail d’écriture est remarquable, ainsi que la traduction française qui est de qualité. Huit histoires à découvrir, huit voyages à parcourir.


Un gameplay dynamique et stratégique

Passons du côté du gameplay si vous le voulez bien, Octopath Traveler est un JRPG à l’ancienne, le tour par tour est de mise, avec quelques subtilités bien appréciées. En effet, Octopath Traveler propose un gameplay à la Bravely Default, avec des classes primaires et secondaires, qui permettent de construire son personnage en fonction des capacités de chaque classe. Par exemple, Ophilia la prêtresse, adepte des soins et de la magie, peut aussi revêtir les habits de voleuse, permettant de chaparder de l’argent aux ennemis ou un tas d’autres choses bien utiles. Mais déjà, il faudra déjà trouver ces classes secondaires, qui ne seront pas déblocables comme dans n’importe quel jeu du même genre. Une fois trouvées, à vous de faire le mariage parfait. plus vous obtenez d’XP, plus vous allez débloquer de choses, chaque personnage disposent de ses points de compétence, qu’il faudra dépenser afin de débloquer des aptitudes. Vous débloquerez des compétences de soutien, à donner aux personnages.

Le tour par tour est de retour

Concernant les combats, on est sur quelque chose de stratégique, qu’il faudra bien maîtriser afin de progresser dans de bonnes conditions, parce que vous allez voir, plus vous avancez dans le jeu, plus le challenge est élevé, ça va piquer parfois. Mais pour faire simple, le système d’Octopath Traveler est jouissif, notamment grâce à ce système de « Faille« . En touchant les points faibles des ennemis qu’il faudra découvrir en effectuant des coups, vous faites baisser le niveau de bouclier. Dès qu’il arrive à zéro, l’ennemi est étourdi, nous avons trouvé sa « faille » et c’est à ce moment précis qu’il faut tout envoyer afin de lui enlever un maximum de dégâts. Magie, armes, objets, attaques spéciales, vous allez avoir un tas de possibilités en votre possession. Chaque personnage dispose de capacités propres, grâce aux fameuses classes primaires et secondaires, à vous de bien choisir selon l’ennemi que vous rencontrerez. Il est là le point stratégique du jeu, cela rend les combats particulièrement prenants.

Chaque personnage possède un talent

Autre point important du jeu, les talents des personnages. Acheter, voler, séduire, guider, défier ou encore scruter, Octopath Traveler vous propose de nombreuses toutes interactions avec les PNJ, elles ont toutes un intérêt, qu’il faudra bien utiliser. J’ai trouvé ça très sympa comme fonctions, surtout la possibilité de voler tout un tas d’objets, qui m’ont bien aidé lors des combats. Mais je vous laisse découvrir ces subtilités par vous-même, il y a tant de choses à découvrir… Parce qu’en plus de tout ça, il y a aussi des quêtes annexes, de l’exploration, des grottes cachées, des temples à trouver, des boss, et j’en passe. Octopath Traveler demande de l’investissement, mais ça en vaut la peine !


La bande-son, juste magnifique

 

L‘ambiance musicale d’Octopath Traveler est à la hauteur de mes espérances, en parfaite adéquation avec l’ambiance visuelle du jeu. Pour moi, la bande son d’un jeu est importante, il faut qu’elle me transporte, qu’elle me touche, et c’est tout à fait le cas avec celle d’Octopath Traveler. Je suis actuellement en train de l’écouter, cela me permet d’être imprégné de l’ambiance du jeu et m’aide à retranscrire ici mes sentiments sur le jeu, et qu’est-ce que ça fait du bien d’entendre de telles mélodies. Je vous laisse découvrir la bande son si ce n’est pas fait, cela vous donnera surement envie de les découvrir in-game, vos oreilles me remercieront grandement.


Bon, il a des « default » ou pas celui-là ?

C’est totalement mon avis sur le jeu

Et oui les amis, Octopath Traveler à quand même (selon moi) ses petits défauts, mais rien de bien méchant. Notamment la construction des donjons assez basique, les villages qui se ressemblent un peu de trop parfois, ou encore le menu du jeu pas assez clair, notamment le journal de quêtes annexes qui n’est pas si évident que ça à comprendre. Sinon, à part ça, je n’ai pas d’autres reproches à lui donner. Certains des joueurs ont pesté contre le jeu car il n’était selon eux, pas à la hauteur d’un Final Fantasy VI, épisode de la saga hautement apprécié, ou encore le manque d’interaction entre les personnages, mais cela ne m’a absolument pas gêné. Bien au contraire. J’ai pris le jeu comme il était, je ne me suis fait aucun film, je n’en espérais pas tant. Octopath Traveler n’est pas parfait, chacun à son opinion sur la question comme pour n’importe quel autre jeu, personne n’a raison, mais ses qualités prennent tellement le dessus et éclipsent ses quelques lacunes. Du beau boulot.


Conclusion : Octopath Traveler a tout d’un grand

Quelle claque, merci Square Enix

Pour une nouvelle licence, Octopath Traveler a le mérite d’en mettre plein la vue, j’espère que ce succès commercial donnera envie aux développeurs de produire d’autres jeux de ce style, ou pourquoi pas une suite, qui sait ? J’ai passé plus de 90h sur le jeu, terminé tous les chapitres des personnages, j’ai pris un immense plaisir. Deux mois de bonheur, sans me lasser tellement que j’étais à fond dedans. Cela faisait un bail que je ne m’étais pas autant amusé sur un titre de Square Enix, et ça fait du bien de ressentir de telles sensations. Je ne peux que vous conseiller le jeu, pour toutes les raisons que j’ai évoqué précédemment. Octopath Traveler m’a fait voyager, m’a touché, m’a captivé. Je suis très fier d’avoir été jusqu’au bout, et j’espère que mon test vous aura donné envie d’y jouer à votre tour, l’ode aux voyages, tout simplement.

Vous avez joué à Octopath Traveler les amis ?

Tu veux réagir avec Facebook ?

4 thoughts on “[TEST] Octopath Traveler, pourquoi faut-il absolument y jouer

  1. Un test tout simplement excellent, qui donne envie de plonger à corps perdu dans ce jeu, j’en ferai sans doute l’acquisition dans un futur proche ce qui me permettra d’enfin m’essayer au genre du JRPG traditionnel ! Merci pour ce partage !

  2. Il me le fauuuuut ! Tous les gens de mon entourage qui y ont joué ne m’ont dit que du bien de ce jeu. Je trouve les graphismes sublimes, ils rendent comme un effet « livre pop-up ». Et sinon tu fais comme moi, tu écoutes les OST des jeux dont tu écris le test. J’adore aussi m’imprégner du jeu pour mieux retranscrire 🙂 Et très bon test comme d’habitude !

Tu veux réagir avec Wordpress ?

%d blogueurs aiment cette page :